• Le jour d'après
  • 090920
  • 090820
  • 090720
  • 090620
  • 090520
  • 090420
  • 090320
  • 090220
  • 090120

« #2020RacontePasTaVie - jour 57, l'Europe, l'Europe, l'Europe ! | Accueil | #2020RacontePasTaVie - jour 59, le vertige »

27 février 2020

Commentaires

Verel

Il y a souvent des employés très professionnels dans les librairies. Je me souviens d'avoir cherché à la FNAC il y a très longtemps un livre qu'on m'avait recommandé, d'un auteur mexicain sur une description de la vie sur place.

Verel

Fort de cette description particulièrement précise, le vendeur m'a trouvé une mort dans la famille Sanchez en quelques minutes. Maintenant l'informatique rend la recherche plus facile mais les connaissances des vendeurs restent précieuses

aymeric

J'ai la prétention d'avoir fait à peu près correctement mon travail de ce point de vue.

Alice_

Chez Mollat en 1986 le pantalon était interdit aux vendeuses.

Sinon, ça m'a permis de repérer des livres à la façon dont les clients en parlaient… ou se taisaient, allant le chercher sans bruit et repartant furtivement, tenant leur trésor.

aymeric

Ça me dit quelque chose, tes souvenirs de travail en librairie.
Tu n'avais pas raconté ce contexte pour dire quelque chose des acheteurs (dans mes souvenirs, plutôt des acheteuses) des livres de Sollers ?

Alice

Ah non, les acheteuses de Sollers, ça ne me dit rien :D

Je me souviens des acheteurs du Maître et Margerite et de la Conjuration des Imbéciles. Et aussi La Régente de Clarin.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

founded in 1897

Blog powered by Typepad