• Le jour d'après
  • 090920
  • 090820
  • 090720
  • 090620
  • 090520
  • 090420
  • 090320
  • 090220
  • 090120

« Vous reprendrez bien encore un peu de tunnel ? | Accueil | ni désastre, ni victoire »

19 juillet 2006

Commentaires

Thomas

Déjà sorti du tunnel ?

Je suis assez d'accord avec ton analyse sur le changement de mentalité, auquel j'associerais les média en général. Pour ce que j'ai pu en voir (je n'en suis pas un lecteur régulier), il me semble que la ligne éditoriale du Monde en particulier (c'est quand même le quotidien de référence français) s'est un peu infléchie.
Je me trompe peut-être, mon medium de référence étant France Inter, où il me semble la parole est donnée aux deux camps dès lors qu'il s'agit de parler d'Israël et de la Palestine (les deux étant pour l'heure indissociables).
Il y a par ailleurs l'émission C dans l'air sur France 5 (j'ai la chance d'avoir la TNT), tous les soirs vers 22 h 30, dans laquelle les intervenants permettent d'avoir un avis plus nuancé sur cette question en particulier.
Bref, pour se faire une idée plus objective, il faut savoir choisir ses vecteurs d'informations, quitte à entendre des choses qui nous déplaisent.
C'est d'ailleurs ce qui me pousse de temps en temps à acheter et à lire Le Monde Diplomatique.
Quant à cette actualité brûlante, je serais assez d'accord (même carrément) pour dire que les moyens de la riposte sont disproportionnés par rapport à l'aggression, quelque grave qu'elle soit.
Le coeur du problème est, d'après des spécialistes de la région, le fait que ni Ehud Olmert ni Amir Peretz (respectivement premier ministre et ministre de la défense) ne sont militaires de carrière ou n'ont connu de faits d'armes lors de leur service militaire. Ceci donne aux faucons de l'armée, et en particulier au chef d'état-major Dan Halutz (général d'aviation) un poids beaucoup plus important qu'ils ne pouvaient en avoir du temps d'Ariel Sharon, authentique héros militaire (en tous cas du point de vue de la population israelienne), tout comme Ehud Barak, général le plus décoré de l'histoire d'Israël.
La conjonction de ces deux éléments, ajoutée au fait que c'est la première fois qu'un général d'aviation est chef d'état-major, explique peut-être la violence de la réaction ainsi que le peu de cas qui est fait des vies des civils (en avion, c'est bien connu, ce qui est en bas est très loin).

Le passant

Voici un lien que j'ai d'ailleurs cité sur mon blog et qui me parait être une tentative intéressante de relativisme.

Le passant

...Juste oublié de dire que si le site est celui de france-palestine, le document émane lui, d'un groupe israélen de militants pacifistes "Gosh Shalom".

aymeric

Merci pour le lien.
C'est l'évidence que ces gens là n'ont pas la même histoire pour reprendre cette formule mais un telle liste rend cette distance impressionante.
Je ne suis par contre pas convaicu du tout qu'il soit, pour l'instant, possible de "réunir les deux expériences nationales dans un récit commun", comme dit Amos Oz (dont j'apprécie les analyses et conseille les livres) "Il n'y a aucune chance pour que nous nous jetions dans les bras les uns des autres en criant: «O mon frère, qu'importe la terre, aimons-nous!»

Le passant

Cela semble en effet un peu utopique et d'ailleurs pas forcément souhaitable. Se reconnaitre dans un seul et même récit fondateur revient à se reconnaitre comme une même communauté ce qui n'est pas à l'ordre du jour et n'est d'ailleurs pas une proposition de Gush Shalom. Par contre j'ai bien aimé cette phrase : "Le règlement d’un conflit historique aussi long n’est possible que si chaque partie est capable de comprendre l’univers mental et politique de l’autre ". Sauf à penser qu'on peut éliminer l'autre évidemment, ce qui résoud le problème.

brigetoun

peut on éviter d'assimiler toujours les israéliens à leur gouvernement. Je sais il a été élu. Mais sommes nous pleinement représentés par Chirac ? et n'y a t il aucune contestation en Israël de la politique actuelle, même si les bombes ne la rendent pas aisée ?

Le passant

On a vu en effet qu'il y avait une contestation interne en israël. Elle ne parait pas être (mais peut-être est-ce un "effet média")de grande ampleur. Un mouvement comme "la paix maintenant" semble depuis la deuxième intafada, avoir perdu beaucoup de terrain dans l'opinion publique.
La symétrie avec la france me parait inadéquate. On peut-être anticolonialiste en france sans remettre en cause l'existence de la france (au moins métropolitaine... et si on lui enlève la corse, le pays basque et la bretagne...là je blague...quoi que !). L'anticolonialisme israélien se confronte forcément au projet sioniste. Ainsi Uri Avnéry, le fondateur de Gush Shalom, se déclare antisioniste. Posture paradoxale on l'avouera et qui finalement oblige à accepter que la seule justification à l'existence d'une communauté, c'est son existence. Ce qui justifie l'existence d'israël, ce n'est pas la Promesse mais le fait que depuis 1918, six millions de personnes l'ont identifié comme leur pays (de naissance ou d'immigration).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

founded in 1897

Blog powered by Typepad